Pajo d'acuei
Presentacioun en francés
Catalogue dis edicioun
Editouriau dóu mes
  Mescladisso d'archiéu Mescladisso d'archiéu
diciounàri en ligno
Countat
 

Editouriau dóu mes de abriéu 2019

 

Identita regiounalo

Nosto pichoto patrìo es aro la Regioun Sud

Coume poudèn o avèn pouscu èstre Prouvençau e Francés ? Es ço qu’assajo de nous esplica Óulivié Grenouilleau dins soun libre titra : “Nos petites patries. Identités régionales et État central, en France, des origines à nos jours”.

Lis estatut de Prouvènço recouneigu pèr Louis XI en 1482 marcavon bèn lou particularisme prouvinciau. Mau-grat acò, noublihoun e bourgés an lis iue vira vers la court de Versaio : “Ce qui les conduit à afficher un certain dédain pour la langue régionale que tous parlent aussi bien que le français”.
S’aplicavon, pecaire, à perdre l’acènt de soun païs e à plus jamai parla patoues. “Usant du provençal pour se faire comprendre des populations les élites sont plus sensibles au goût de l’érudition”.

Vai intra bèn segur dins l’óurigino di garrouio de touto meno qu’an fourtifica lou centralisme parisen.

La rupturo marcanto sarié 1789, en bono part emé la creacioun óuficialo di despartamen, un bèu decoupage pèr escafa aquel esperit de prouvinço que regnavo avans la Revoulucioun. Se pauso pamens la questioun de saupre se lou païs o la prouvinço avien founciouna coume un espàci culturau, dis de noun : “Tout simplement parce que les “ limites dialectales ” ne concordent généralement pas avec celles des pays ou des provinces”. L’encauso n’en sarié degudo au passat d’aquéli païs qu’arribavon pas à se federa : “Il en va ainsi des pays de langue d’oc oscillant entre les pôles d’attraction de Poitiers, Toulouse et Barcelone”.

E pamens, emé sa lengo toujour vivaço, lou sentimen prouvinciau est fort en Prouvènço à la vèio de la Revoulucioun.

Mai se preciso que : “La Provence, comme entité politique, mais non comme culture, diparut dans les luttes sociales et politiques de 1789”.
La despartamentalisacioun anavo faire taulo raso di prouvinço e de si parla emé li “discours décontextualisés d’un abbé Grégoire fustigeant les langues régionales devant selon lui disparaître pour que vive la Nation”.

Tant pis, dins li realita prouvincialo es de nouta que : “l’élégance vestimentaire des “Provençaux” est souvent soulignée”.

Dins tout, la prouvinço rèsto un emplant mounarchique, en resquihant sus la Provincia romana, lou terme “prouvinço” se sarié difusa dins la lengo amenistativo en la segoundo mita dóu

Fuguè pamens pas eisa, coume dis l’autour, estènt que lou francés èro liuen d’èstre la lengo parlado e coumpresso pèr la majourita di Francés : “un tiers des Français utilisent à peu près correctement la langue, un tiers maladroitement et un tiers pas du tout”.
Mentre acò, li dialèite soun vist à Paris coume d’óutis de la contro-revoulucioun.

Boufara pamens un vènt favourable, em’ uno meno de reneissènço regiounalisto, e la Prouvènço n’en baio deja soun esteroutipe emé lou cant di cigalo.

Lou revèi culturau bretoun es pas en manco : “Inquiétons-nous donc davantage de notre si vieille et si belle langue bretonne, car si nous la laissons périr, c’en est fait, hélas ! de notre nationalité…”

Bèn segur dins la revivènço prouvençalisto, sian pas óublida, i’a Frederi Mistral e li primadié : “On sait que la langue qu’ils reconstituent n’est pas celle parlée alors par leurs compatriotes, qu’elle est élaborée à partir du provençal et s’inscrit dans la recherche d’une sorte de pureté originelle permettant de se distinguer des écrivains locaux et de ceux de Paris”. Ounte es ana cerca acò aquel istourian, se lou demandan, quand avèn legi tóuti lis esplico de Roumanille pèr bèn pega l’escrituro au lengage arlaten !

E countùnio soun interpretacioun, belèu plus procho de la verita : “Recrutant plutôt au sein de la petite et moyenne bourgeoisie urbaine, et donc sans être issus du peuple, les félibres s’en revendiquent, jouent les “ missionnaires intérieurs ” et cherchent à l’éduquer”.

Pièi d’apoundre “c’est Paris qui fait le succès du Mireille de Mistral”, li camin de la recouneissènço passon pèr Paris.

D’àutri felibre saran à l’ounour, Jan CharleBrun que vai crea la Federacioun regiounalisto franceso e Carle Maurras, lou federalisto, que vòu crea de vàsti regioun.

Empachara pas l’escolo de la III enco Republico de traca li lengo regiounalo pèr aprene rèn que lou francés, aqui mai l’autour dóu libre afourtis qu’es à mita verai, li famiho sarien parieramen respounsablo : “nombre de parents poussèrent leurs enfants à apprendre correctement le français afin de pouvoir s’élever dans la société”. Couiòsti, acò a perdura, mai es li mèstre d’escolo qu’acertanavon à nòsti gènt que de barjaca lou patoues nous anavo pourta tort dins nòstis estùdi.

Basto ! Dins l’afiermacioun dóu regiounalisme se brandis coume dangeirous lou tradiciounalisto coume lou federalisto fau “se démarquer plus aisément de ces deux écueils, en évacuant la question des identités héritées du passé…” Aqui mai un autre felibre prouvençau es gratifica : “C’est un poète provençal, Léon de Berluc-Pérussis, qui aurait pour la première fois, en 1874, utilisé le terme de “régionalisme.”

E segur demié lis image desvalourisant s’óublido pas lou Tartarin de Tarascoun, rebat dóu racisme Nord-Miejour coume l’escriguè Roubert Lafont.

Em’ acò retrouban lou decrèt dóu 17 d’óutobre 1793 qu’impauso lou parla francés, la lèi Guizot de 1833 que n’en fai un principe, la lèi Duruy e li lèi Ferry pèr acaba… Pamens, mau-grat li lèi, lou passage di parla regiounau à la lengo naciounalo es lounguet.

Li literaturo prouvincialo soun toujour aqui, mai, pecaire, toumbon en partido dins “l’exotisme”. La declaracioun di felibre federalisto de 1892 davançara la creacioun dóu Partit naciounau basque de 1895 e l’Unioun regiounalisto bretouno de 1898 qu’endraion un regiounalisme naciounalitàri.

Malurousamen es li raprouchamen emé li mouvamen fascisto e nazi qu’Óulivié Grenouilleau espingoulo en Alsaço, en Bretagno, en Flandro vo en Corso. Sian un pau espargna : “L’évolution du régionalisme occitan présente quelques analogies avec ce que nous avons vu ailleurs, sans dérives fascisantes.” Rèsto l’oumbro de Vichy : “Étendu au Sud, l’espace de cette France non occupée jusqu’en 1942 correspond aux pays occitans et tend à les valoriser…”

La guerro acabado es de Gaulle, influença qu’èro pèr Barrès e Maurras, que pènso que fau ana de l’avans en matèri regiounalo. D’aqui entre aqui es lou subressaut dóu regiounalisme countestatàri dis annado 1960-1970 qu’aparèis : “s’associant à l’idée de révolution, le régionalisme militant se positionne nettement à gauche”, que fai èro de modo…

Dins lou païs, la revoulucioun regiounalisto es Roubert Lafont que la meno emé sa tèsi de la coulounisacioun interiouro.

La regiounalisacioun poulitico arribo enfin emé li reformo de Gastoun Deferre. Li regioun soun creado, la supressioun di despartamen coumenço si coucou-babau, li coumunauta de coumuno, de vilo e d’agloumeracioun chapoton mai li vièi païs. Lou “millefeuille territorial” fai flòri e la regiounalisacioun bèn encadrado pèr l’Estat a coundu “au sacre des notables”.

La sourtido dóu regiounalisme culturau en païs nostre es anounciado : “Dans le Midi, un nouveau parti occitan s’est constitué en 1987”.
Fai de tèms, mai coume n’en vèn à dire l’autour : “l’idée que les régions de France sont porteuses d’identités est, aujourd’hui encore, un fait d’actualité”.
L’espèr es toujour presènt : “Le progrès des langues régionales à l’école, en Bretagne, dans le Pays basque et ailleurs, peuvent aujourd’hui contribuer à un renouveau identitaire.”

Aro, coume es di en epilogue, saupre s’eisisto un regiounalisme pur, o s’aquéu regiounalisme sarié pas “qu’un fourre-tout, qu’un bric-à-brac”. Es de crèire que sian dins la vogo dóu tèms, avèn bèn encapa emé nosto nouvello Regioun Sud e soun l’artifaio, Prouvènço, Aup e Costo d’Azur.

 

 

Bernat Giély

 

Site nostre :
prouvenco-aro.com
cieldoc.com
Nosto adrèisso eleitrounico :
lou.journau@prouvenco-aro.com

 

 
Mescladisso d'archiéu Mescladisso d'archiéu
 
Se voulès vous abouna escriéure à :
 
"Prouvènço d'aro", 12 traverse Baude, 13010 Marsiho.
 
Se voulès d'en proumié counèisse "Prouvènço d'aro", li tres darnié numerò vous saran manda à gratis, basto pèr acò de nous baia voste noum e vosto adrèisso :
Nosto adrèisso eleitrounico : lou. journau@prouvenco-aro.com
Sèti sociau de Prouvènço d'aro,
"Flora pargue", bast.D,
64, traverso Paul, 13008 Marsiho.
 
Pajo d'acuei Presentacioun en francés Catalogue dis edicioun Editouriau dóu mes Mescladisso d'archieu diciounàri en ligno Countat