Pajo d'acuei
Presentacioun en francés
Catalogue dis edicioun
Editouriau dóu mes
  Mescladisso d'archiéu Mescladisso d'archiéu
diciounàri en ligno
Countat
 

Editouriau dóu mes de mai 2021

Estènt l’atualita emé lou passaga à l’Assemblado de la Lèi Molac, aqueste mes, troubarés pas lou dessin de Gezou, e l’editouriau es un pau mai long…

 

 

La lèi pèr la proumoucioun di lengo regiounalo

Proumòure li lengo regiounalo

Prouteicioun patrimounialo
e proumoucioun di lengo regiounalo

 

Lou tèste de la lèi pèr la proumoucioun di lengo regiounalo adóuta pèr lou Senat, i’a mai d’un an, finis sa caminado pèr pas dire sa tancado dins li courredou di soumtuous palais de voutacioun de l’Assemblado naciounalo.

La nouvello sesiho pertoucant aquelo lèi de prouteicioun patrimounialo e proumoucioun di lengo regiounalo fuguè duberto lou 8 d’abriéu de 2021 pèr lou menistre de l’Educacioun naciounalo Jan-Miquèu Blanquer avisant tout d’uno : “ Ma position concilie le respect de l’article 2 de la Constitution, selon lequel “ la langue de la République est le français ”, pèr tant lèu s’englouria de la realita educativo forço favourablo i lengo regiounalo pèr provo lou bretoun…
Faguè mino de pas ausi lou deputa Fabrice Brun que ié pausavo la questioun :
- E l’óucitan ?
Respoundeguè pas, mai i’anè triounflant de recita si chifro meravihouso “  8 200 élèves bénéficient de l’enseignement d’une langue régionale dans les écoles publiques de l’académie de Rennes ” e d’apoundre que 120 000 escoulan dins touto la Franço seguisson un parier ensignamen…
Ramentant au passage qu’éu “ a exercé des responsabilités outre-mer, notamment en Guyane, en y favorisant les langues régionales, qu’il s’agisse des langues amérindiennes ou bushinengués.”
Em’ acò, nous aviso que l’ensignamen costo de sòu : “ Je rappelle aussi que nous sommes tenus au bon usage des deniers de nos concitoyens : la pente nous conduit parfois à consacrer une part importante de l’argent public aux langues régionales avec des taux d’encadrement plus favorables pour les élèves concernés ”.
L’encadramen pèr l’ensignamen de l’anglés, dóu chinés, dóu russe, dóu pourtugués, de l’arabe, dóu japounés, de l’espagnòu, de l’ebriéu, dóu mandarin, l’alemand, o de l’italian, es pas tant carivènd… egalita, fraternita…
Basto, a trouba un biais d’espargna, bono-di li poussibleta óuferto pèr lou numerique. Adounc tre la rintrado de 2021, un ensignamen dóu bretoun, dóu corse e de l’óucitan se poudra faire en videò, lis escoulan, lou nas sus soun escran d’ourdinatour “ disposeront ainsi d’une offre de formation de qualité ”, que nous dis lou menistre , countènt de sa grando generouseta.
D’aqui, lou deputa bretoun, Pau Molac, rapourtaire de la proupousicioun de lèi, aguè de rebeca. Éu, à l’óurigino dóu proujèt d’aquelo lèi avié dequé dire, a coumença pèr : “ Li lengo regiounalo soun uno richesso, un tresor, noun soulamen regiounau mai bèn naciounau e internaciounau”.

Basto ! Aro, d’en retour dóu Senat, lou tèste vouta tournavo à l’Assemblado naciounalo, e prepausavo quatre article de mai… L’acord se faguè, pau o proun, en coumessioun, acò es lou rebat d’aquéu qu’eisisto en soucieta. Bello marco, li trege presidènt de Regioun se soun adeja moustra en favour de la proupousicioun de lèi. Ié parèis pamens doumajous que l’ensignamen inmersiéu en lengo regiounalo siguèsse pas poussible au sèn de l’ensignamen public e restèsse cantouna is establimen priva.
Lou menistre, éu, esplico e se demando coume se pòu counclure emé li coumuno un acord de participacioun financiero emé lis escolo souto countrat d’assouciacioun pèr l’ensignamen en lengo regiounalo. Emai faudrié belèu vèire li dispousicoun toucant la souleto lengo corso permetènt l’ensignamen de la lengo regiounalo dins l’encastre d’un ouràri escoulàri nourmau, pèr l’espandi aro à l’ensèn di lengo regiounalo.
Pièi de counclure “ l’ouro es istourico, car i’a jamai agu en Franço de lèi sus li lengo regiounalo ”. ( La lèi Deixonne es óublidado ).
La discussioun generalo aguè de coumença.
Se sachè lèu, de la bouco de la deputado Geraldino Bannier que lou partit poulitique MODEM èro pèr vouta aquelo proupousicioun de lèi, citacioun facho de soun mèstre Francés Bayrou :
“ Vole que se sache qu’en Franço se pòu parla e trasmetre perfetamen bèn lou francés, e en meme tèms parla e trasmetre perfetamen bèn li lengo que soun li lengo de noste patrimòni culturau ”.
Venguè pièi la discussioun di voucable, saupre se falié pas miés emplega “ sauvo-gardo ” pulèu que “ prouteicioun ”, estènt qu’aro sufis pas de proutegi, fau “ sauva la vido di lengo regiounalo ”… parié pèr la chausido entre “ proposer ” o “ favoriser ”, tant soulamen falié pas faire d’alòngui emé de parpello d’agasso lenguistico…
Se devié espepidouna lis apoundoun vouta pèr lou Senat e lis amendamen que se ié rapourtavon.
Emé soun amendamen, lou menistre Blanquer avié lou fouit pèr bèn flagela la proupousicioun de lèi de Pau Molac : “ car j’estime qu’elle va trop loin concernant l’enseignement immersif ”, e pièi de dire que lis enfant d’aquélis escolo inmersivo èron dins de famiho qu’ “ appartiennent aux catégories socioprofessionnelles supérieures ”. Se ié rebequè qu’es pas verai, aquéli gènt de grando auturo soucialo voulien l’anglés en inmersioun pèr si drole e pas lou patoues de soun vilage.
Marc Le Fur, l’autre deputa bretoun afouga pèr sa lengo, te l’agantè : “ Chez vous, c’est l’uniformité, le jacobinisme, le refus des différences, le refus de la singularité ; donc à l’évidence les langues régionales gênent votre nuque ! ”.
Basto, la memo ranganello contro l’inmersioun revenié : li lengo regiounalo poudrien pourta prejudice à la bono couneissènço dóu francés.
Aqui se faguè lou proumié voto pèr o contro lis amendamen dóu refus dis escolo que praticon l’inmersioun di lengo regiounalo.
118 deputa voutèron contro e 111 pèr lis amendamen dóu Gouvèr que passèron pas.
Ansin Blanquer i’a leissa dóu péu, soun interdicioun a fa chi.

D’àutris amendamen toucant l’integracioun de la culturo regiounalo dins l’ensignamen de la lengo fuguèron retira sènso passa au vote.

Venguè mai un amendamen de Marc Le Fur que prepausavo de precisa que se parlo que di lengo regiounalo “ de Franço ”, valènt à dire que lou tèste de lèi councernis pas lengo regiounalo d’óurigino estrangiero. Mai sarié esta perdre de tèms, falié adóuta la proupousicioun de lèi coume s’entournavo dóu Senat pèr evita mai d’ana-veni sus li camin legislatiéu.

Arribèron mai d’amendamen en jo de mot, vai t’en saupre se fau uno “ bonne connaissance ” vo uno “ maîtrise ” de la lengo.

La questioun de dreissa la tiero di lengo regiounalo fuguè tambèn evoucado dins un amendamen de Marc Le Fur que precisè “ d’autant que la question est délicate, en particulier dans le grand monde de la langue d’oc ”.

Ana quista li coumuno ounte se fai pas d’ensignamen de lengo regiounalo faguè un brave tarabast, e s’ausiguè lou deputa Cristòu Castaner qu’avans de countrista l’amendamen se presentè : “ J’ai été maire d’une commune très attachée à la culture provençale, avec une culture de félibre particulièrement importante, qui m’est chère…”
Fin finalo se n’en venguè à-n-un vote que restabliguè l’article 2 quinquiés à 127 voues contro 105 : “ La participacioun financiero à l’escoularisacioun dis enfant dins lis establimen priva dóu proumié degrad souto countrat d’assouciacioun dispensant un ensignamen de lengo regiounalo au sèns dóu 2° de l’article L. 312-10 fai l’óujèt d’un acord entre la coumuno de residènci e l’establimen d’ensignamen situa sus lou terraire d’uno autro coumuno à la coundicioun que la coumuno de residènci dispausèsse pas d’escolo dispensant un ensignamen de lengo regiounalo.”

Proun estransina pèr aquéli parlarié de la matinado, nòsti valènt deputa clavèron aqui lou debat, pèr reprene de vèspre.
Se reprenguè la charradisso pèr saupre se l’ensignamen di lengo regiounalo devié èstre óubligatòri vo simplamen prepausa is escoulan que n’en fan la demando. Pèr lou menistre Jan-Miquèu Blanquer fau amelioura lou tèste “ en précisant que cet enseignement est facultatif ”. Acò fasié belèu d’alòngui que lou deputa marsihés Julian Ravier s’encagnè : “ Je voudrais révéler la supercherie à laquelle nous assistons : le Gouvernement ne veut pas que le texte soit adopté conforme et souhaite le renvoyer aux calendes grecques”.

D’ùni deputa prepausèron d’amendamen que permetien un ensignamen de lengo regiounalo à tóuti li couleitiveta que n’en farien la demando, mai Pau Molac espliquè qu’èro deja poussible e lis amendamen fuguèron retira.
Lou Bretoun Marc Le Fur sourtiguè pièi soun amendamen pèr la culturo e l’istòri regiounalo que fau pas dissoucia di lengo regiounalo.
E zóu mai, lou Prouvençau Julian Ravier d’interveni : “ je tiens à mentionner la culture provençale, … dont il n’a pas été beaucoup question jusqu’à présent. Nous le sommes d’autant plus que cette tradition provençale se perd. Dans les écoles de la région, à Marseille notamment, pas un seul enfant n’est capable de chanter le refrain de la Coupo Santo, l’hymne provençal.”
Acò despasso lou cadre de la proupousicioun de lèi coume lou rapelè Pau Molac, que souvèto que lis article siegon vouta coume soun, pèr pas rapourta mai la publicacioun d’aquelo lèi. Ansin lis amendamen sus aquel item soun retira.

Aqui lou deputa marsihés, mau-countènt, Jan-Lu Melenchon i’anè de dire que se n’en fasié pas proun :
“ En tant que multiculturalistes, admettez que le Maghrébin européen que je suis étant né à Tanger, vous dise que de fort belles langues sont couramment parlées par des millions de personnes en France et que j’apprécierais que, le moment venu, vous manifestiez la même tendresse vis-à-vis de l’arabe ou de l’amazigh que vous le faites pour tant de langues aujourd’hui  ! ”.
La rebecado venguè dóu deputa de la Vau-Cluso, Julian Aubert : “ Frédéric Mistral, poète provençal, disait que “ les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent haut ”. Par conséquent, on ne peut être universaliste que parce qu’on sait d’où l’on vient ; c’est parce qu’on est avant tout italien ou français et, en France, breton ou provençal, que l’on peut aller vers l’autre et vers l’universel. Telle est la seule conception de l’universalisme que j’admets. Le ministre a tenu, de ce point de vue, des propos très sensés, bien plus sensés d’ailleurs que les vôtres, monsieur Mélenchon.”

Se discutiguè pièi pas gaire dis amendamen sus li doutacioun ouràri d’ensignamen que se poudrien faire emé d’acord entre l’Estat e li regioun.
Ansin, emé ço que se dis: “ un scrutin public ”, l’article 3 fuguè adóuta.
Tres mot en lengo d’oc s’ausiguèron dins la discussioun que seguiguè, de la bouco de la deputado bezeirenco Enmanuello Ménard : “ Vivent nos langues régionales, vivent nos cultures régionales qui sont si importantes – nous ne les oublions pas, même si nous avons retiré nos amendements pour parvenir à un vote conforme – et j’ajouterai, à titre personnel, vive l’occitan ! “ Aquì es Besièrs !  ”

Li deputa n’èron arriba à l’esplicacioun de soun vote.
La députado Estefanìo Atger anounciè “ La République en marche appellera à voter contre la proposition de loi.” valènt à dire que lou gouvernamen d’Enmanuel Macron voulié pas d’aquelo lèi.

La deputado Glaudia Rouaux èro pas dóu meme avejaire : “ cette proposition de loi en faveur des langues régionales constitue même une priorité. Le groupe des députés Socialistes et apparentés la votera, dans la version conforme à celle du Sénat.”

Lou deputa Cristòu Euzet faguè part de mant ùni reservo pèr counclure “ nous voyons ce texte d’un bon œil, et le groupe Agir ensemble votera majoritairement en sa faveur ”.

Parié pèr lou deputa Terris Benoit : “ Je suis heureux de vous annoncer que le groupe UDI et indépendants votera la proposition de loi ”.
Fin finalo fuguè lou vote sus l’ensèn dis article d’aquelo lèi, 247 deputa fuguèron pèr l’adóucioun, 76 contro e 19 se soun esquiha.

Coume es de coustumo, li 577 deputa se soun pas tóuti boulega… segur, pecaire, soun pas proun bèn paga pèr representa lou pople à tóuti li sesiho… coume acò se bagnon pas, e podon sourti sènso reprocho pèr se faire mai elegi… segur que sa proupagando la faran pas en patoues.
Basto, i’a 235 deputa que se garçon en plen di lengo regiounalo, i’aguè dounc 342 voutant emé 247 pèr l’adoucioun de la lèi, 76 contro e 19 astencioun.

 

Lou partit di voutant

Se fasèn lou comte emé li partit poulique, dins l’odre de soun impourtanço :

Lou groupe La République en Marche ( 269 membre ), 98 soun pas vengu, demié li 171 que se soun desplaça n’i’aguè 100 que voutèron pèr la lèi, 57 contro, 12 astencioun e 2 noun-voutant. Tout comte fa, lou partit macrounisto que voulié pas d’aquelo lèi, s’es un pau divisa, em’ un centenau de rebroussié.

Lou groupe Les Républicains (104 membre), la mita se soun pas desplaça, mai li 54 presènt an tóuti vouta pèr l’adóucioun de la lèi.

Lou groupe Mouvement Démocrate (MoDem) et Démocrates apparentés (58 membre), la mita an pas fa lou desplaçamen e demié li 28 presènt, 17 an vouta pèr, 6 contro e 5 pas rèn.

Lou groupe Socialistes et apparentés ( 29 membre ), n’en mancavo 8, mai li 21 presènt an tóuti vouta pèr la lèi.

Lou groupe Agir Ensemble ( 21 membre ) emé un absènt, li 20 presènt an vouta la lèi.

Lou groupe UDI et Indépendants ( 18 membre ), n’en mancavo qu’un, li 17 presènt voutèron pèr la lèi.

Lou groupe La France insoumise ( 17 membre ), 4 soun pas vengu, li 13 presènt avien de vouta unanimamen contro la proumoucioun di lengo regiounalo, tant soulamen n’i’aguè uno que s’es enganado de buletin, segur la voutacioun es un dur labour, anè se plagne d’acò quouro fuguè trop tard, ansin se n’es coumta 13 à vouta contro la lèi, e uno, Madamo Taurine, pèr dire que voulié tambèn vouta contro. (De tout biais aurié pas chanja la resulto).

Lou groupe de la Gauche démocrate et républicaine ( 16 membres  li 6 presènt voutèron pèr la lèi.

E demié li Non inscrits (23 membre), 14 soun pas vengu, demié li 9 presènt, 6 an vouta pèr la lèi, 1 contro, e 2 se soun asteni.
( de segui pajo 3 )

va continuar des de l’editoriau >>>

 

Site nostre :
prouvenco-aro.com
cieldoc.com
Nosto adrèisso eleitrounico :
lou.journau@prouvenco-aro.com

 

 
Mescladisso d'archiéu Mescladisso d'archiéu
 
Se voulès vous abouna escriéure à :
 
"Prouvènço d'aro", 12 traverse Baude, 13010 Marsiho.
 
Se voulès d'en proumié counèisse "Prouvènço d'aro", li tres darnié numerò vous saran manda à gratis, basto pèr acò de nous baia voste noum e vosto adrèisso :
Nosto adrèisso eleitrounico : lou. journau@prouvenco-aro.com
Sèti sociau de Prouvènço d'aro,
"Flora pargue", bast.D,
64, traverso Paul, 13008 Marsiho.
 
Pajo d'acuei Presentacioun en francés Catalogue dis edicioun Editouriau dóu mes Mescladisso d'archieu diciounàri en ligno Countat