Pajo d'acuei
Presentacioun en francés
Catalogue dis edicioun
Editouriau dóu mes
  Mescladisso d'archiéu Mescladisso d'archiéu
diciounàri en ligno
Countat
 

Editouriau dóu mes de febrié 2021

 

MAL-ASTRE

La messorgo mau courdurado
di marrždi lengo sus lou Mèstre Ö

 

Avisas-vous, aro, de plus de plus cantasseja coume d’asclaire “  D’uno raço que regreio  ”, bougre de racisto que sias emé vosto lengo d’escòrpi…
Pecaire, avèn bèn assaja de se descupa : aquelo raço a ges de coulour de pèu, es rèn que sinounime de “ pople ”, uno coumunauta culturalo, mai de-bado. Avian pamens fa mèfi de pas dire identitàri, un mot tambèn prouscri. L’identita culturalo nous coundano dóu fa de vougué apartene à-n-un groupe uman, lou pople prouvençau, adounc fau plus jouga em’ aquéli mot.

Pas proun d’acò, i’a toujour aquéli justicié di tèms mouderne, redreissaire de tort, que volon nous faire vergougno d’èstre de disciple de Frederi Mistral, que n’an fa un supost dóu Marescau Petain adounc anti-semito. Aqui mai ié sian ana de nòstis esplico : D’en proumié,  Frederi Mistral, mort en 1914, a pas couneigu lou Gouvèr de Vichi, emai n’en siegue esta lausenja à titre poustume, se n’en pòu pas faire un partisan d’aquéu regime. Parieramen a jamai agu de counèisse lou naciounau-soucialisme alemand em’ un à sa tèsto que se ié disié Hitler e percassavo li Jusiòu.

Frederi Mistral bagnavo dins la judiveta de soun tèms en Prouvènço e a rèn fa de mai que de rapourta la realita de l’entèndo courdialo coume di critico bourlesco que se fasien entre aquéli terradouren segound sa pratico religiouso.
Lou temoignage que porto sus aquéli Prouvençau de religioun israelito s’atrobo bèn segur dins soun Tresor dóu Felibrige ounte se preciso que se ié disié quouro Judiéu, Judievo quouro Jusiòu, Jusiolo.
E n’en couneissié forço d’aquéli gènt, li noum d’oustau cita soun noumbrous, que siegon menciouna : “ Noum de famiho prouvençau israelito ” emé Abram, Abran, Bazo, Cavaillon, Cohen, Milhaud, o bèn designa “ Noum de famiho israelito dóu Miejour ” emé Alphandéry, Astruc, Astrieu, Austruy, Beaucaire, Carcassonne, Jassé, Jassuda, Jossuda, Jehudah, Lisbonne, o simplamen cita coume “ Noum de famiho israelito ” emé Barbusse, Bédarrides, Créance, Crémieux, Digne, Gozlan, Lévi, Meir, Meyrargue, Muscat, Naquet, Philon, e se sabié que d’ùni chanjavo de noum : “ Felip d’Aquin, nom que prit en se convertissant un savant israélite de Carpentras, mort à Paris en 1629 ”.
Li pichot noum, éli, ié soun tambèn : Benastruc, prénom usité chez les juifs de Provence. o bèn Esther, nom de femme israélite, usité en Provence. Emé d’ùni gaire couneigu : IOTO, nom de femme israélite, diminutif de Lia.

Coume èro à Carpentras que la poupulacioun jusiolo se capitavo la mai impourtanto, tóuti li gènt de la vilo fuguèron : Li jusiòu de Carpentras, “ sobriquet qu’on a donné aux habitants de cette ville, à cause des nombreux israélites qui l’habitaient autrefois ” nous dis Frederi Mistral, sènso óublida li dos apelacioun de si poulìdi fiho : “ Une bello judievo, uno bello jusiolo, une belle juive ”.
Bèn segur i’aguè lou lengage israelito que se venguè mescla à-n-aquéu dóu païs :
QUENIN ( hébr. cnin, pou ), s. m. t. d’argot israélite. Pou, v. cafelin, pesou.

Pamens tóuti li paraulo coume cant jusiòu cita dins lou Tresor dóu Felibrige soun bèn de lengo prouvençalo :
Tóuti li nue, nàutri manjan e bevèn tant asseta qu’acouida, aquesto nue tóuti acouida, paroles des Juifs provençaux au repas de la Pâque.
Eiçò  ’s lou pan d’aflicioun que manjavon nòsti predecessour, paroles prononcées par les juifs provençaux en mangeant la Pâque.
Aquest an sian eici, l’an que vèn dins la terro d’Israèl. - Que tout necessitous vèngue faire la Pasco, paroles des juifs provençaux dans la célébration de la Pâque.
Que siegue un ome sage, Que visque d’un bèl age, souhait des juifs provençaux à un nouveau-né.
Nècre, tout nècre, que lou nècre t’escale ! imprécation usitée chez les juifs provençaux.
L’enfant qu’es circouncis, pèr cregne Diéu sié na ! souhait que les Juifs provençaux font à leurs nouveau-nés.

Sèt tros de cantique jusiòu soun cita :

La niue, lou rèi fuguè destressouna.
Haman aguè l’escorno tout-de-long.
Estèr lou faguè prouspera.
Quand noste pople sara ramassa.
Mourdacai n’en fai ges d’estat.
A la pensado d’Haman lou punais.
À sa presènci faran reverènci.

Tambèn quatre escapouloun dóu Sermoun di Jusiòu :

Que li gouïn digon ço que voudran.

Estèr faguè-ti pas tira ’n pan de lengo au nècre Aman ?

Pourtan plus lou capèu jaune ni lou pecihoun.
Que n’a-ti pas fa lou capitàni Jousue ?

Emai tres cant poupulàri di Judiéu de Prouvènço :

Lou vin es vido,
Garo la pepido.

Un cabrit, un cabrit qu’avié achata moun paire un escut, dous escut, etc.

Es vengu lou bouchié qu’a sagata lou biòu qu’avié begu l’aigo.

Segur pamens que dins li parladisso se ié mesclavo de rèsto d’ebriéu, Mistral l’a bèn nouta :
Lis Obro, nom que les juifs provençaux donnent à des chants populaires ou pièces farcies, en hébreu pioutim, qui font partie de leur rituel.
ARACA ( syriaque raca, mot que les juifs avaient en horreur ), s. m. Usurier, dans le Comtat-Venaissin, v. usurié.
CANDOLO, CAUDOLO (rh.), s. f. Gâteau sans levain, que les Juifs du Midi font avec de la fleur de farine, du sucre et de l’eau rose, pour célébrer la fête des pains azymes.
FIMBRE ( lat. fimbria, frange ), s. m. Taled, voile dont les juifs se couvrent la tête dans les synagogues, v. tanlè.
GOUÏN ( hébr. goïm, plur. de goï ), s. m. t. de synagogue. Gentil, chrétien, celui qui n’est pas juif.
TELUCO, s. f. Omelette aux herbes, dans l’argot des juifs de Provence, v. troucho.

Pièi l’acènt que tirassavon ié fasié, quàuqui cop, dire diferentamen li mot prouvençau :
Les juifs du Comtat disaient aquire pour aqui.
On peut employer eicito dans la plupart des phrases où l’on dit eici. Les juifs du Comtat disaient eiciro.

Si fèsto tambèn soun citado en lengo nostro :
La fèsto di Cabano, la fête des Tabernacles, que les Juifs célèbrent en demeurant sept jours sous des tentes.
Couladeja lou jusiòu, colaphiser le juif, cérémonie barbare qui avait lieu à Toulouse au Moyen Âge : le jour de Pâques
Nouvè di Jusiòu, la fête des Macchabées, que les juifs célèbrent le 25 décembre
Grand perdoun, indulgence plénière ; nom d’une fête célébrée par les juifs méridionaux.
fèsto di troumpeto, fête du jour de l’an chez les Juifs, qui se célèbre à l’équinoxe d’automne.
Es la samatado di jusiòu, c’est le sabbat des juifs
PROUPICIATÒRI, ÒRIO ou ÒRI , adj. et s. m. Propitiatoire ; couvercle de l’arche d’alliance, chez les Juifs.
SABAT, s. m, Sabbat, samedi, jour de repos pour les juifs, v. dissate.
SINAGOGO, JOGO, s. f. Synagogue.
MESSILA ( hébr. messilah, sentier ), s. f. t. de juiverie. Quartier habité par les juifs, v. missila.

Segur li prouvèrbi que pertocon lis jusiòu soun tambèn en bon noumbre :

PROV. Es raço de judiéu : plan ni Diéu ni bèsti.
PROV. Fasèn coume à Jerusalèn,
Au-mai anan, au-mens valèn.
PROV. Fai la caro coume un judiéu.
PROV. Pèr troumpa ’n judiéu fau quatre crestian ; pèr un Genouvés fau quatre judiéu.
PROV. Fai autant de camin coume lou Juei errant.

Bèn segur, Mistral poudié pas escoundre li maudisènço que se faguèron, pas pèr l’encauso de raço, d’anti-semitisme coume se dis aro… Noun, èro rèn que de jalousié davans l’abilesso pèr pas dire l’inteligènci d’aquéli Prouvençau iraelito pèr mena soun mestié e faire fourtuno.
S’endevenguè un prouvèrbi :
“ Riche coume un Jusiòu.”
Partènt d’aqui, lis injùri plòuguèron : Couquin de judiéu, capoun de Judiéu, sortes de jurons ;
Negre bardaian, vaqui l’auriho de toun paire, noir mécréant, voilà l’oreille de ton père, insulte que les polissons adressent aux juifs en figurant avec le pan de leur habit une oreille de cochon
Gus de judiéu, sorte de juron.
Lingoubau de judiéu ! sorte de juron drôlatique.
ASTRE t. injurieux employé autrefois contre les juifs.
E encaro : BABIN - BARDAIAN - CATAMARRETGOURRET - MACASSÈ

Dins tout, fau pas óublida coume se disié i bràvi gènt de Prouvènço : “ Un bon Israelito, un homme simple, un bon homme.”

Frederi Mistral bèn-segur avié agu couneissènço dóu tèste coumplèt dóu Sermoun di Jusiòu, publica dins l’Armana prouvençau de 1875, emai avié legi lou libre jusiòu de referènci que cito : “ La Rèino Estèr, tragédie provençale par le rabbin Mardochée Astruc ( La Haye, 1774 ), rééditée par E. Sabatier ( Nîmes, 1877 ).”
Enfin dins soun libre “ La Genèsi ” rapello mai  la valour de l’obro israelito :
“ Au poun de visto poupulàri es peréu interessant de signala li cantadis e recitadis prouvençau que, souto lou noum d’Obro, se disien dins li Jutarié de Prouvènço e de Lengadò, pèr ensigna e celebra entre Jusiòu, li jour de fèsto, lis óurigino d’Israèl.”

Basto ! La messorgo di marrìdi lengo que volon faire de Mistral un petainisto anti-semito es mau courdurado.

 

 

Bernat Giély

 

Site nostre :
prouvenco-aro.com
cieldoc.com
Nosto adrèisso eleitrounico :
lou.journau@prouvenco-aro.com

 

 
Mescladisso d'archiéu Mescladisso d'archiéu
 
Se voulès vous abouna escriéure à :
 
"Prouvènço d'aro", 12 traverse Baude, 13010 Marsiho.
 
Se voulès d'en proumié counèisse "Prouvènço d'aro", li tres darnié numerò vous saran manda à gratis, basto pèr acò de nous baia voste noum e vosto adrèisso :
Nosto adrèisso eleitrounico : lou. journau@prouvenco-aro.com
Sèti sociau de Prouvènço d'aro,
"Flora pargue", bast.D,
64, traverso Paul, 13008 Marsiho.
 
Pajo d'acuei Presentacioun en francés Catalogue dis edicioun Editouriau dóu mes Mescladisso d'archieu diciounàri en ligno Countat